Salut a tous/toutes :

Bon retour du Hockey a tous/toutes ! :)

Nouveau système de validation des inscriptions pour limiter le spam. Si certains ont des soucis pour s'inscrire, contactez nous !

Afin d'améliorer l'affichage du forum, merci de mettre a jour l'URL de vos avatars ! Merci !

Et n'oubliez pas que vous pouvez toujours supprimer cette annonce lorsque vous n'en avez plus besoin.

BRIANCON 2010/2011

Le hockey sur glace en général, tous pays et toutes divisions. N'oubliez pas de lire les règles du forum !

Modérateur : Administrateurs

Avatar du membre
ricou
Cadet
Cadet
Messages : 1260
Enregistré le : 21 avr. 2006, 03:54
Localisation : RP
A remercié : 6 fois

Message non lu

doublette !!!! merci orange :roll:


Avatar du membre
Y.00
Minime
Minime
Messages : 775
Enregistré le : 27 avr. 2004, 13:41

Message non lu

franchement ,si j'ecrivait ce qui me vient a l'esprit ,je crois que je serait banni de ce forum!!! cette decision est tout simplememt lamentable et prouve bien qu'il y a deux poids ,deux mesures par rapport aux sancrions !!!!! on parle de 400000euros de deficit la !!!! :shock: :shock:
Tanis
Minime
Minime
Messages : 698
Enregistré le : 21 mars 2007, 10:49

Message non lu

Attendons maintenant pour voir si des sanctions sportives sont prises ...Ca me paraîtrait la moindre des choses ! Et quand je lis (Le Marseillais, 13/8/2010) que Briançon n'a pas empêché le bon déroulement du championnat, je fais des bons ! On ne connaîtra la liste des équipes engagées que le 18 août, Briançon a fait signer des joueurs en sachant pertinemment qu'il ne pourrait pas honorer les contrats, les bilans des dernières saisons ont été faussés ... mais tout va bien ! Quand on pense qu'Amiens a été sanctionné de 6 points pour un dépassement de la masse salariale ...
Sherpa à la Tour Eiffel
Minime
Minime
Messages : 666
Enregistré le : 16 janv. 2005, 10:13
Localisation : Champ de Mars
A été remercié : 1 fois

Message non lu

Une masse salariale à 350 000 €, j'ai envie de voir ça.
Est-ce que le trou ne va pas se creuser un peu plus....
Vu les états d'âme des dirigeants qui lors d'interviews ne cachaient pas que le ventre mou du classement n'avait aucun intérêt, je doute d'un retour à la normale financièrement.
Mais bon, l'avenir nous le dira. :wink:
Avatar du membre
Le Marseillais
Senior D1
Senior D1
Messages : 3045
Enregistré le : 07 sept. 2004, 00:33
Localisation : Caudebec les elbeuf
Contact :

Message non lu

Tanis a écrit :Attendons maintenant pour voir si des sanctions sportives sont prises ...Ca me paraîtrait la moindre des choses ! Et quand je lis (Le Marseillais, 13/8/2010) que Briançon n'a pas empêché le bon déroulement du championnat, je fais des bons ! On ne connaîtra la liste des équipes engagées que le 18 août, Briançon a fait signer des joueurs en sachant pertinemment qu'il ne pourrait pas honorer les contrats, les bilans des dernières saisons ont été faussés ... mais tout va bien ! Quand on pense qu'Amiens a été sanctionné de 6 points pour un dépassement de la masse salariale ...
si mes souvenirs sont bon; Amiens et Dijon avait pris des points de pénalité parce qu'ils n'avaient pas joué les premiers matchs de championnat.

voici les sanction possible:
INFRACTION OU SITUATION
CONSTATEE:


Masse salariale joueurs supérieure au
plafond autorisé ou supérieure au
pourcentage autorisé par le cahier des
charges (telle que définie à l’article 11)

MESURES ET SANCTIONS ENCOURUES (MAXIMUM)
¨ Compétences de la C.N.S.C.G
¨ Diminution dans sa masse salariale pour la
saison suivante pour un montant égal au double
du dépassement constaté par rapport au plafond
de la masse salariale,
¨ Pénalité financière pouvant aller jusqu’à 200%
du montant du dépassement constaté,
¨ Recrutement contrôlé pendant la saison sportive
suivante,
¨ Mise sous surveillance.
¨ Compétences du Bureau Directeur
¨ Dans le cas où l’infraction est constatée en
cours de saison au vu du budget prévisionnel,
interdiction de continuer la participation à la ou
les compétitions nationales en cours, ou retrait
d’un ou de plusieurs points au classement de la
saison en cours,
¨ Rétrogradation en division inférieure à l’issue de
la saison en cours ou interdiction d’accession en
division supérieure pour la saison suivante, ou
interdiction de participation à une ou plusieurs
compétitions nationales la saison suivante.
¨ Compétences de la Commission
disciplinaire fédérale

¨ Avertissement jusqu’à radiation des dirigeants
responsables.

INFRACTION OU SITUATION
CONSTATEE:

Capitaux propres négatifs et/ou non
respect des engagements pris (en début
ou en cours de saison sportive) entre le
Président du groupement sportif et la
C.N.S.C.G ayant permis la validation la
saison précédente ou la continuation au
sein de la division du groupement
sportif
MESURES ET SANCTIONS ENCOURUES (MAXIMUM)
¨ Compétences de la C.N.S.C.G
¨ Pénalité financière pouvant aller jusqu’à 200%
du montant constaté,
¨ Recrutement contrôlé pendant la saison sportive
suivante,
¨ Limitation de la masse salariale,
¨ Mise sous surveillance.
¨ Compétences du Bureau Directeur
¨ Interdiction à tout moment de continuer la
participation à la ou les compétitions nationales
en cours,
¨ Rétrogradation en division inférieure à l’issue de
la saison en cours et/ou interdiction d’accession
en division supérieure pour la saison suivante,
ou interdiction de participation à une ou
plusieurs compétitions nationales la saison
suivante,
¨ Retrait d’un ou de plusieurs points au
classement de la saison en cours.
¨ Compétences de la Commission
disciplinaire fédérale
¨ Avertissement jusqu’à radiation des dirigeants
responsables.
http://www.hockeyfrance.com/upload/Docu ... 010-11.pdf

donc au vu du règlement; la fede ne peut pas mettre de sanctions sportive a Briançon; les sanction sportives; sont prévu seulement si l’infraction est constatée en
cours de saison .

donc tu va faire des bons; mais c'est le règlement.
Avatar du membre
iderverg
Senior D1
Senior D1
Messages : 3105
Enregistré le : 04 mai 2005, 22:14
Localisation : Amiens la faucheuse
A remercié : 4 fois
A été remercié : 52 fois

Message non lu

Amiens n'avait pas joué les premiers matchs de championnats????? je n'ai vraiment pas le souvenir de ce que tu cites .

Amiens avait bel et bien était sanctionné pour un dépassement de la masse salariale à l'époque de M Laboureau et avait commencé la saison avec des points de pénalité et une obligation d'assainir les finances du club (d'ailleurs on est toujours dedans me semble t-il )
Avatar du membre
pierrefan
Cadet
Cadet
Messages : 1177
Enregistré le : 19 avr. 2004, 09:24

Message non lu

a cette époque le règlement n'était pas en vigueur il me semble d'où le problème qu'il y avait eu avec Dijon qui gagna son recours.

Je crois qu'Amiens avait simplement décidé de faire profil bas.

Ceci dit si j'ai bien suivi le règlement il y a quand même sanction vu que la masse salariale doit être réduite d'un montant égale au double du dépassement. Ça pourrait d'ailleurs expliqué le refus de Briancon en première instance de signer le contrat d'objectif.
Bovi
Junior
Junior
Messages : 1666
Enregistré le : 18 avr. 2004, 09:51
Localisation : BzH

Message non lu

Et le tour de passe-passe de la société d'images bidon peut largement être comparé aux situations de Grenoble et Mont-Blanc l'an passé.
Avatar du membre
Le Marseillais
Senior D1
Senior D1
Messages : 3045
Enregistré le : 07 sept. 2004, 00:33
Localisation : Caudebec les elbeuf
Contact :

Message non lu

iderverg a écrit :Amiens n'avait pas joué les premiers matchs de championnats????? je n'ai vraiment pas le souvenir de ce que tu cites .

Amiens avait bel et bien était sanctionné pour un dépassement de la masse salariale à l'époque de M Laboureau et avait commencé la saison avec des points de pénalité et une obligation d'assainir les finances du club (d'ailleurs on est toujours dedans me semble t-il )
voici un petit rappel de la saison 2006/2007

Amiens avait pris 6pts de penalités et Dijon 9pts.

le Match Dijon-Amiens de la 1ere journée a été joué le 5décembre; celui de la 2ème journée Briançon-Dijon le 23 Janvier; et celui de la 3ème journée Dijon-Angers le 9 décembre.

voici quelques News d' hockey archives:
07/09 Dijon - Amiens reporté !

L'intersaison avait paru bien calme, mais la vigilance n'est pas retombée pour autant. Et à quarante-huit heures du début du championnat, coup de théâtre : le match Dijon-Amiens est reporté ! La CNACG a fait savoir que les deux clubs n'avaient respecté les engagements tenus envers elle, et le bureau directeur de la FFHG a donc décidé de reporter le match.

Une décision à deux facettes. Si on peut penser qu'Amiens, en bisbilles depuis plusieurs semaines avec la commission de gestion sur la question de la masse salariale, trouvera un moyen de ne pas rater ses débuts au Coliseum la semaine prochaine, les interrogations persistent sur Dijon. Dernier club validé, le CPHD a encore un effectif en chantier (il vient d'engager des joueurs de meilleur calibre après avoir viré quatre recrues douteuses de l'été), et il n'a toujours pas fait certifier ses comptes par un commissaire aux comptes, condition fixée à sa validation.
14/09 Treize à table

Le Comité directeur de la FFHG a entériné aujourd'hui la non-qualification du club de Dijon. Le dernier vainqueur de la Coupe de France ne disputera donc pas la Ligue Magnus et se trouve rétrogradé en Division 3.

Pour mémoire, Dijon avait été validé le 10 août sous condition de produire des pièces indispensables exigées par la Commission de contrôle et d'aide de gestion. Or, après lui avoir accordé un nouveau délai (pour des pièces à produire au 15 juin) en reportant la première journée de championnat, force est de constater que depuis aucune régularisation n'a été apportée par le club.


Aujourd'hui, le Comité directeur ne peut plus accorder de crédibilité aux engagements répétés du président Brigand à fournir au plus vite les pièces attendues, et ne peut envisager de reporter à nouveau des rencontres de Dijon. D'où la décision prise ce jour. En conséquence, la Ligue Magnus se déroulera à 13 équipes.

Des mesures d'accompagnement destinées à faciliter l'intégration dans un autre club des joueurs concernés et pénalisés par la rétrogradation de Dijon seront étudiées par la fédération.

D'autre part, le Comité directeur a infligé au club d'Amiens, suite aux complications et retards qui ont accompagné sa validation en Ligue Magnus, avec à la clé le report d'une rencontre, les sanctions suivantes :

- pénalité financière de 100 € par jour de retard dans la transmission des pièces, soit 5.600 €

- pénalité sportive d'un retrait de 6 points au classement de la première phase de Ligue Magnus

- contrôle du club par la CNACG avant le terme de la première phase de Ligue Magnus

D'autre part, le Comité informe le président du club d'Amiens que si les mesures prises pour mettre en conformité la masse salariale réapparaissaient sous une autre forme (prime, ...), le club serait rétrogradé en Division 3 la saison prochaine. Il en sera de même pour tout manquement aux règles de la CNACG.

Après ces décisions difficiles à prendre, car lourdes de conséquences mais aussi significatives du degré d'exigence qui s'impose aux clubs en matière de gestion, le Comité directeur a entériné deux décisions :

- Validation de la formule du championnat de France féminin qui se déroulera en trois phases.

- Création d'une sous-commission en charge d'un sport peu connu mais lui aussi géré par la FFHG : "la Ringuette"

Jean-David Camus, Secrétaire général de la FFHG
21/09 Communiqué suite à l'audience du CNOSF

Le club de Dijon, qui contestait la décision du comité directeur de la FFHG de le rétrograder de Ligue Magnus en Division 3, a engagé une procédure de conciliation auprès du CNOSF. L'audience a eu lieu ce mercredi 20 septembre. Le conciliateur, Monsieur Alain Lacabarats, conseiller à la Cour de cassation, a rendu sa proposition de conciliation le jour même.

Luc Tardif, président de la FFHG, présent à l'audience, souhaite jouer la transparence sur ce dossier. D'où la publication in extenso des conclusions et de la proposition de conciliation émise par le conciliateur. À leur lecture, chacun pourra mesurer la justesse des décisions prises par le comité directeur et notera les encouragements portés par le conciliateur envers la CNACG afin qu'elle poursuive sa mission et l'invite à maintenir une ligne de conduite rigoureuse.

Ce dossier a suscité un certain émoi dans le hockey français. Ceux qui se sont risqués ces derniers jours à qualifier de "manque de professionnalisme" le travail de la Fédération et de la CNACG en sont aujourd'hui pour leurs frais : le conciliateur souligne la légitimité de l'action engagée par la FFHG afin d'assainir le hockey français et affirme que le club de Dijon est seul responsable des décisions prises à son encontre. D'ailleurs, le président du club, accompagné de son avocat, a reconnu à l'audience la responsabilité qui lui incombait dans cette affaire, allant même jusqu'à confirmer l'estimation du passif du club faite par la Commission nationale d'aide et de contrôle de gestion de la FFHG, jusqu'alors contestée.

Si la Fédération sort de cette conciliation confortée et renforcée, Luc Tardif a aussi su entrouvrir une porte au club de Dijon. Sous réserve du strict respect par le club de certaines conditions (cf. texte ci-après), à remplir d'ici au 26 septembre et sur lesquelles le président Brigand s'est engagé à l'audience, le conciliateur suggère que le comité directeur de la fédération examine alors à nouveau la situation tant financière que sportive du club. Les prochains jours seront déterminants pour l'avenir du hockey à Dijon. Les dirigeants dijonnais ont une carte à jouer. Il reste à espérer qu'ils sauront apporter au comité directeur de la FFHG les éléments autorisant un nouvel examen de la situation du CPHD.

Jean-David CAMUS, Secrétaire général

Texte adressé aux parties par le conciliateur du CNOSF à l'issue de l'audience :

À titre liminaire, le conciliateur tient à souligner l'action légitime opérée par la FFHG aux fins d'assainir le hockey français et de permettre à ses clubs, notamment ceux évoluant en Ligue Magnus, de disposer d'une situation financière saine et viable. À ce titre, il encourage la CNACG de cette fédération à poursuivre son implication dans le suivi comptable et financier des clubs et à maintenir une ligne de conduite rigoureuse afin d'éviter que des situations telles que celle que connaît le club de Dijon ne se reproduisent.

En ce qui concerne le présent litige, le conciliateur relève que le CPHD connaissait depuis le mois de janvier les exigences de la FFHG quant aux dates de remise des documents comptables nécessaires au contrôle de sa situation financière. En ne respectant pas les échéances fixées et en produisant des documents incomplets, le club requérant est assurément seul responsable des décisions qui ont pu être prises concernant son niveau de participation en compétition.

En effet, il n'est pas contesté que la FFHG n'a été destinataire que le 19 juillet 2006 du bilan du CPHD arrêté au 31 mai, bilan qui n'avait pas reçu (et qui n'a d'ailleurs toujours pas reçu) la certification du commissaire aux comptes du club. Dès lors, il ne peut être sérieusement reproché à la FFHG d'avoir, à compter du début du mois d'août 2006, demandé au club de Dijon d'apporter des éclaircissements sur le contenu de son bilan arrêté au 31 mai, ni même d'avoir exigé et de continuer d'exiger d'ailleurs une certification des comptes du club par le commissaire aux comptes. Il apparaît évident que les demandes de précisions formulées par la CNACG ne pouvaient intervenir avant que cette dernière ait été placée en mesure d'analyser les documents comptables du club requérant.

Plus encore, il doit être souligné les efforts fournis par cette Fédération pour donner au CPHD la possibilité d'apporter, bien au-delà des délais réglementaires fixés, des éléments indispensables à l'appréciation de sa situation financière. En effet, celle-ci n'a eu de cesse d'aménager en faveur du club de Dijon les délais de transmission des documents comptables, pourtant connus de longue date, et a même reporté le 1er match que Dijon aurait dû disputer en Ligue Magnus.

Il est apparu néanmoins au cours des échanges intervenus devant le conciliateur à l'audience qu'un nouvel examen de la situation du CPHD pouvait être envisagé à certaines conditions :

- la certification des comptes du club de Dijon par le commissaire aux comptes ainsi que la présentation d'un rapport par ce dernier, au plus tard le 26 septembre 2006 ;

- la confirmation auprès de la Fédération par ses collectivités locales elles-mêmes de leurs engagements pris en faveur du CPHD, dont ce dernier a fait état à l'audience ;

- l'absence de mise en cause publique par le club requérant de l'action de la Fédération à son égard et la reconnaissance publique par ce club de sa responsabilité dans la situation qui est la sienne.

Le conciliateur recommande au CPHD de respecter strictement ces engagements qui conditionnent son avenir dans la division au sein de laquelle il souhaite évoluer.

S'il est satisfait à ces conditions, le conciliateur estime que le comité directeur de la FFHG devrait examiner à nouveau la situation du club requérant pour une admission en Ligue Magnus. Dans cette hypothèse, il apparaîtra indispensable d'assurer un contrôle de la situation financière du club tout au long de la saison en cours afin de vérifier son aptitude à se maintenir dans l'élite du hockey français.

Par ces motifs,

Proposition de conciliation :

En conséquence des éléments ci-dessus retenus, le conciliateur propose au club requérant de mettre en œuvre, avant le 26 septembre 2006, les engagements pris lors de l'audience et énumérés ci-dessus.

Il invite dès lors le comité directeur de la FFHG, dans le cas où le club requérant aurait satisfait à ces engagements, à réexaminer sa situation tant financière que sportive dans l'optique, éventuellement, de sa réintégration en Ligue Magnus pour la saison 2006/2007.

Fait à Paris, le 20 septembre 2006

Signé : Alain Lacabarats
23/09 Communiqué de la FFHG sur le cas Dijon

Dijon réintégrera-t-il la Ligue Magnus ou non ? La question est posée suite à l'ouverture faite par Luc Tardif à l'occasion de l'audience de conciliation du CNOSF. Pour espérer obtenir un réexamen de sa situation par le Comité directeur de la FFHG, le club de Dijon connaît les exigences qui s'imposent à lui et qui ont été clairement définies par le conciliateur. Le délai pour y satisfaire est court, le Comité directeur se réunissant mardi 26 septembre. Le président Brigand, qui reconnaît l'entière responsabilité du club dans la situation d'aujourd'hui, semble déterminé à saisir l'ultime chance qui s'offre à son club, faute de quoi la D3 accueillera Dijon cette saison.

À cet effet, une réunion importante s'est tenue à la demande de la FFHG vendredi à la Mairie de Dijon. L'adjoint aux sports de la ville de Dijon, le directeur des sports du Conseil régional et un vice-président du Conseil général y représentaient les collectivités locales. Le club était représenté par le président Brigand, l'avocat du club et le commissaire aux comptes. La fédération, en la personne de son secrétaire général, a pris part à cette réunion en détaillant les faits qui ont conduit à la rétrogradation de Dijon, mettant ainsi en évidence les faiblesses de structure du club, et en développant les exigences auxquelles le club doit répondre d'ici au 26 septembre.

Le but recherché étant de vérifier que les conditions requises pour espérer un réexamen de la situation de Dijon par le Comité directeur de la FFHG pouvaient être réunies dans les délais imposés.

En premier lieu, le commissaire aux comptes a affirmé que la certification des comptes serait remise lundi matin.

Ensuite, les représentants des trois collectivités ont affirmé leur volonté de soutenir le CPHD et se sont engagés à revaloriser les subventions allouées de manière à permettre au club d'apurer son passif au terme de l'exercice à venir.

Le représentant de la fédération a mis l'accent sur la nécessité de faire évoluer rapidement les structures du club où trop de responsabilités reposent à l'évidence sur les seules épaules du président. Il a en ce sens invité les collectivités à soutenir et accompagner le club dans cette démarche. Leurs représentants ont accueilli favorablement cette demande et se sont engagés à formuler des propositions en ce sens dès lundi.

Le club a pour sa part déclaré son intention de faire évoluer rapidement ses statuts qui ne sont guère adaptés à un club évoluant en Ligue Magnus et disposant d'un budget comme celui du CPHD. Enfin, une assemblée générale du club sera convoquée dans les plus brefs délais, en présence cette fois-ci du commissaire aux comptes.

Club, collectivités et commissaire aux comptes se sont engagés à transmettre à la FFHG dans la journée de lundi l'ensemble des pièces attendues. Sous réserve de leur production en bonne et due forme, il restera alors aux passionnés de hockey dijonnais à attendre la position du Comité directeur de la fédération qui se réunira mardi soir.

Jean-David Camus, secrétaire général de la FFHG
26/09 Le Comité directeur de la FFHG réintègre Dijon en Ligue Magnus

C'est la fin du feuilleton de l'été. Après avoir décidé il y a deux semaines de la rétrogradation du club de Dijon de Ligue Magnus en Division 3, le Comité directeur de la FFHG a entériné ce soir sa réintégration parmi l'élite du hockey français.

Cette décision fait suite à la proposition de Luc Tardif, président de la FFHG, d'offrir à Dijon l'éventualité, sous certaines conditions reprises par le conciliateur du CNOSF, de réintégrer la Ligue Magnus.

Ces conditions sont aujourd'hui réunies. La certification des comptes a été remise à la FFHG, les collectivités se sont engagées à soutenir financièrement le club afin de le conduire à l'équilibre au terme de la présente saison, le club a officialisé sa décision d'engager rapidement les démarches juridiques utiles à l'amélioration de ses structures et de son fonctionnement.

Si les trois matches annulés seront finalement joués, le club de Dijon se voit infliger une pénalité de 9 points au classement général et interdire tout nouveau recrutement de joueur entrant dans le cadre d'un transfert international.

D'autres mesures accompagnent cette réintégration, telles qu'un suivi budgétaire mensuel imposé par la CNACG, le respect du contrat d'objectif aboutissant à l'équilibre du club en fin d'exercice, et la saisine de la commission de discipline pour qu'un blâme soit infligé au président de Dijon.

Au travers de cette décision, le Comité directeur de la FFHG a pris en considération, outre le respect par le club des engagements pris devant le CNOSF, l'implication financière et structurelle des collectivités locales, l'intérêt sportif d'un championnat à 14 clubs, sans oublier l'effet que devrait avoir ce maintien de Dijon en Ligue Magnus sur l'attrait des jeunes à pratiquer le hockey sur glace dans la région.

Le Comité directeur a tenu à préciser que cette décision ne constitue en rien une porte ouverte à un certain laxisme de la part des clubs quant au respect des calendriers dans la constitution des dossiers de candidature. Bien au contraire, l'exemple de Dijon cette saison conduira les instances fédérales à se montrer d'autant plus rigoureuses et exigeantes à l'avenir envers les clubs.

Maintenant, le sport peut enfin reprendre ses droits.


Jean-David Camus, Secrétaire général
http://www.hockeyfrance.com/page.php?id ... CompID=199

http://hockey365.celeonet.fr/hockeyarchives/hockey.htm
Avatar du membre
iderverg
Senior D1
Senior D1
Messages : 3105
Enregistré le : 04 mai 2005, 22:14
Localisation : Amiens la faucheuse
A remercié : 4 fois
A été remercié : 52 fois

Message non lu

Oui je me souviens de tout cela mais à lire ton post il laissait sous entendre qu'Amiens avait pris des points de pénalité "parce qu'elle avait refusé de jouer les premiers matchs de championnat" , (la notion de cause est peut être mal employée) . En fait les matchs furent décalés par la fédération . A l'époque Amiens et Dijon eurent à combler un retard de points engendré par la pénalité donnée par la fédération .( notion de conséquence liée à leurs politiques rebelles ..)
Modifié en dernier par iderverg le 17 août 2010, 12:05, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Sampang
Junior
Junior
Messages : 1631
Enregistré le : 28 déc. 2004, 21:30

Message non lu

Même si je pense percevoir les raisons qui ont conduit au maintien de Briançon en élite (préserver un club phare d'une ligue qui en manque, récompenser le travail de la nouvelle équipe briançonnaise en place, ne plus déstabiliser les divisions inférieures en les confrontant à un ogre sûr de monter, ne pas priver de club des joueurs qui ne pourraient retrouver de solution rapide de reclassement), je pense que la fédé vient de créer un précédent dommageable. Il sera très tentant pour un club de s'acheter un 1er titre, ou un titre qui lui échappe depuis trop longtemps, même si c'est au prix d'années de disette ensuite.
1 titre reste en mémoire, 10 places de 4 à 6e relèvent de l'anecdote.

Les malversations sont récompensées, sans sanction sur les résultats de la saison précédente où Briançon était en sur-régime financier, ce qui s'est opéré au détriment d'autres clubs. La solution trouvée à ce jour, ne sanctionnant pas ce fonctionnement, ne peut donc être satisfaisante.
L’Île Lacroix est plus qu'une patinoire. C'est une enceinte, car, les années sans fausses couches, 9 mois après chaque début de saison, elle accouche d'un titre.
Avatar du membre
iderverg
Senior D1
Senior D1
Messages : 3105
Enregistré le : 04 mai 2005, 22:14
Localisation : Amiens la faucheuse
A remercié : 4 fois
A été remercié : 52 fois

Message non lu

En fait rien ne change au royaume du Hockey français mise à part la réglementation versatile et la politique répressive qui comme toute politique répressive comporte des clauses d'exception . (appartenance sociale , politique ou copinage ) .
Avatar du membre
Le Marseillais
Senior D1
Senior D1
Messages : 3045
Enregistré le : 07 sept. 2004, 00:33
Localisation : Caudebec les elbeuf
Contact :

Message non lu

Sampang a écrit :Même si je pense percevoir les raisons qui ont conduit au maintien de Briançon en élite (préserver un club phare d'une ligue qui en manque, récompenser le travail de la nouvelle équipe briançonnaise en place, ne plus déstabiliser les divisions inférieures en les confrontant à un ogre sûr de monter, ne pas priver de club des joueurs qui ne pourraient retrouver de solution rapide de reclassement), je pense que la fédé vient de créer un précédent dommageable. Il sera très tentant pour un club de s'acheter un 1er titre, ou un titre qui lui échappe depuis trop longtemps, même si c'est au prix d'années de disette ensuite.
1 titre reste en mémoire, 10 places de 4 à 6e relèvent de l'anecdote.

Les malversations sont récompensées, sans sanction sur les résultats de la saison précédente où Briançon était en sur-régime financier, ce qui s'est opéré au détriment d'autres clubs. La solution trouvée à ce jour, ne sanctionnant pas ce fonctionnement, ne peut donc être satisfaisante.
je ne pense pas que l'on puisse parler de précèdent; puisque cela ce passe tous les ans;
tous les ans la fede valide des club avec pour objectif financier de rembourser leurs dettes.

la seul sanction logique pour moi serait de retirer le titre acquis avec de l'argent qu'il n'avait pas; après les cas de Mulhouse et Tours la fede avait dit qu'il retirerait les titres acquis grâce a un déficit énorme; mais cela n'a jamais été écrit dans le règlement.
Avatar du membre
Le Marseillais
Senior D1
Senior D1
Messages : 3045
Enregistré le : 07 sept. 2004, 00:33
Localisation : Caudebec les elbeuf
Contact :

Message non lu

Le Marseillais a écrit :
Sampang a écrit :Même si je pense percevoir les raisons qui ont conduit au maintien de Briançon en élite (préserver un club phare d'une ligue qui en manque, récompenser le travail de la nouvelle équipe briançonnaise en place, ne plus déstabiliser les divisions inférieures en les confrontant à un ogre sûr de monter, ne pas priver de club des joueurs qui ne pourraient retrouver de solution rapide de reclassement), je pense que la fédé vient de créer un précédent dommageable. Il sera très tentant pour un club de s'acheter un 1er titre, ou un titre qui lui échappe depuis trop longtemps, même si c'est au prix d'années de disette ensuite.
1 titre reste en mémoire, 10 places de 4 à 6e relèvent de l'anecdote.

Les malversations sont récompensées, sans sanction sur les résultats de la saison précédente où Briançon était en sur-régime financier, ce qui s'est opéré au détriment d'autres clubs. La solution trouvée à ce jour, ne sanctionnant pas ce fonctionnement, ne peut donc être satisfaisante.
je ne pense pas que l'on puisse parler de précèdent; puisque cela ce passe tous les ans;
tous les ans la fede valide des club avec pour objectif financier de rembourser leurs dettes.

la seul sanction logique pour moi serait de retirer le titre acquis avec de l'argent qu'il n'avait pas; après les cas de Mulhouse et Tours la fede avait dit qu'il retirerait les titres acquis grâce a un déficit énorme; mais cela n'a jamais été écrit dans le règlement.
je pense qu'il est normal de garder Briançon, Grenoble ou les autres clubs en déficit s'ils s'engagent; avec un projet viable a rembourser leurs dettes;

il vaut mieux un club en Magnus qui rembourse sa dette; plutôt qu'un club en D3 qui dépose le bilan en laissant sa dette de coté.
NicolasH
Benjamin
Benjamin
Messages : 458
Enregistré le : 23 févr. 2007, 22:28

Message non lu

Je suis plutôt content. Quoi qu'on en dise, ça apporte un peu plus de stabilité. Le club s'est fait pincer et va rembourser sa dette. Flinguer les clubs les uns après les autres pour les rebalancer en D3 dès le premier dérapage, ça n'a aucun intérêt. Si c'était le cas, on n'aurait plus Amiens, Dijon, Mont-Blanc, Grenoble et Briançon en Magnus, soit pas loin de la moitié du tableau...

Après c'est dégueulasse pour les premiers comme Mulhouse ou Anglet qui ont dégagés, mais on ne peut pas continuer comme ça indéfiniment. Les renvois en D3, faut le faire pour les cas comme Tours qui n'ont rien compris après plusieurs sanctions.
g
Junior
Junior
Messages : 1551
Enregistré le : 30 oct. 2008, 15:52
Localisation : Val d'Oise

Message non lu

Enfin, pour Briançon c'est pas la première fois non plus ! On peut causer de Tours "qui n'a rien compris" mais Briançon n'en est pas loin et ressemble fortement à Tours niveau gestion à quelques nuances près ! Mais bref, passons . Je me souviens quand même d'avoir joué le carré final D3 de 1995, ( hier donc ), à Pralognan avec Briançon, Cholet, Conflans et Chambéry . Donc les rétrogradations en D3 pour mauvaise gestion ne sont pas inconnues pour Briançon.

Selon moi, la fédé viens de lancer un véritable feu vert aux clubs pour plomber leurs comptes et fausser les championnats en embauchant à outrance des joueurs étrangers.

La seule victime dans tout ça c'est la crédibilité de notre sport qui se retrouve au fin fond des abysses.
On est vraiment des rigolos, on souhaite être traité d'égal à égal avec d'autres sports au niveau des médias mais désormais les clubs ont le feu vert pour se comporter en voyous sans risque de sanctions. Je pense pas que ça intéresse les médias les championnats faussés, ou chaque saison le champion est proche de la DCP, (déclaration de cessation de paiement), au tribunal de commerce.

On est pas prêt de sortir de notre cours avec de telles décisions, des rigolos tout simplement. :roll:
ça me mets vraiment en colère car j'adore ce sport et celui-ci est trainé dans la boue par ceux qui sont chargés de le développer.
drakkar1
Minime
Minime
Messages : 678
Enregistré le : 19 mai 2010, 19:00

Message non lu

Pour g hip hip hip hourra!!!!!entierement d'accord!!!!
Avatar du membre
Le Marseillais
Senior D1
Senior D1
Messages : 3045
Enregistré le : 07 sept. 2004, 00:33
Localisation : Caudebec les elbeuf
Contact :

Message non lu

g a écrit :
La seule victime dans tout ça c'est la crédibilité de notre sport qui se retrouve au fin fond des abysses.
On est vraiment des rigolos, on souhaite être traité d'égal à égal avec d'autres sports au niveau des médias mais désormais les clubs ont le feu vert pour se comporter en voyous sans risque de sanctions. Je pense pas que ça intéresse les médias les championnats faussés, ou chaque saison le champion est proche de la DCP, (déclaration de cessation de paiement), au tribunal de commerce.
et oui comment être credible;

comment ça une fede qui s'occupe des déficit de leur club; la honte elle devrait les laisser creuser leur trou;

voici l'état des caisse du sport le plus médiatique au monde:

http://www.lesechos.fr/info/sport/30040 ... ficits.htm

pour les Clubs Français:
Le déficit cumulé pourrait atteindre 100 millions d'euros en 2010
pour 2008/2009
Grenoble : 17 Grenoble -5.413K€
le reste de l'europe c'est pire:
http://www.lesechos.fr/info/sport/30040 ... -dette.htm
Manchester United une dette passée à 826 millions d'euros
cette partie est impressionnante:
Et si le Real (683 millions) et le Barça (490 millions) paraissent en mesure d'honorer leurs engagements, le FC Valence, troisième de l'actuel championnat, vit sous perfusion traînant une dette de 500 millions d'euros. Une dizaine de clubs professionnels de première et deuxième divisions se trouvent en cessation de paiements.
le journaliste parle de déficit d'un demi milliard d'euro, et il dit que les clubs semblent en mesure d'honorer leurs engagements :shock: :shock: :shock:
Avatar du membre
bplsilva
Cadet
Cadet
Messages : 1150
Enregistré le : 16 oct. 2005, 17:34
Localisation : Montpellier (34)

Message non lu

Infrastructures... le mot clé.
Image
Avatar du membre
cacepa
Cadet
Cadet
Messages : 1014
Enregistré le : 31 août 2009, 11:37
Localisation : normandie

Message non lu

g a écrit :Enfin, pour Briançon c'est pas la première fois non plus ! On peut causer de Tours "qui n'a rien compris" mais Briançon n'en est pas loin et ressemble fortement à Tours niveau gestion à quelques nuances près ! Mais bref, passons . Je me souviens quand même d'avoir joué le carré final D3 de 1995, ( hier donc ), à Pralognan avec Briançon, Cholet, Conflans et Chambéry . Donc les rétrogradations en D3 pour mauvaise gestion ne sont pas inconnues pour Briançon.

Selon moi, la fédé viens de lancer un véritable feu vert aux clubs pour plomber leurs comptes et fausser les championnats en embauchant à outrance des joueurs étrangers.

La seule victime dans tout ça c'est la crédibilité de notre sport qui se retrouve au fin fond des abysses.
On est vraiment des rigolos, on souhaite être traité d'égal à égal avec d'autres sports au niveau des médias mais désormais les clubs ont le feu vert pour se comporter en voyous sans risque de sanctions. Je pense pas que ça intéresse les médias les championnats faussés, ou chaque saison le champion est proche de la DCP, (déclaration de cessation de paiement), au tribunal de commerce.

On est pas prêt de sortir de notre cours avec de telles décisions, des rigolos tout simplement. :roll:
ça me mets vraiment en colère car j'adore ce sport et celui-ci est trainé dans la boue par ceux qui sont chargés de le développer.
+ 1, sans autre commentaire au risque d'être incorrecte.
Avatar du membre
sapymgothik
Junior
Junior
Messages : 1698
Enregistré le : 16 avr. 2004, 11:40
Localisation : Grenoble

Message non lu

Un peu comme Le Marseillais...je pense que certains feraient mieux de réfléchir avant d'écrire des âneries plus grosses qu'eux...
En quoi sanctionner, surveiller et aider à revenir dans de bonnes conditions c'est être un rigolo ??? Laisser passer oui...là ce n'est pas le cas !
Observateur objectif de Grenoble ;-)...
http://sapym.labrute.fr
drakkar1
Minime
Minime
Messages : 678
Enregistré le : 19 mai 2010, 19:00

Message non lu

Un des gros soucis c'est que ca fait 30ans que ca merdouille.Quel que soit la facon de gerer le hockey depuis le debut des annees 80 ca n'a jamais marche(y compris pour Rouen au milieu des annees90)N'ayons pas la memoire courte tous les clubs qui ont gagne 1 ou plusieurs trophees ont tous plonges un jour ou l'autre.(j'ai un doute pour Angers)Et de toute facon le plus gros fiasco a ete je pense l'apres Albertville ou la, les medias se seraient interresse a notre sport mais les incompetents de l'epoque ont tout ch......ier en un rien de temps.
Avatar du membre
misterduc
Cadet
Cadet
Messages : 1187
Enregistré le : 17 avr. 2004, 14:25
Localisation : Dijon

Message non lu

Je suis assez surpris par certains propos. Je comprends que la validation gêne certains, mais il n'y a aucune surprise : ça n'a rien à voir avec le fait d'être un club phare ou avec le copinage ou Thierry Chaix etc
Sampang a écrit :Même si je pense percevoir les raisons qui ont conduit au maintien de Briançon en élite (préserver un club phare d'une ligue qui en manque, récompenser le travail de la nouvelle équipe briançonnaise en place, ne plus déstabiliser les divisions inférieures en les confrontant à un ogre sûr de monter, ne pas priver de club des joueurs qui ne pourraient retrouver de solution rapide de reclassement), je pense que la fédé vient de créer un précédent dommageable. Il sera très tentant pour un club de s'acheter un 1er titre, ou un titre qui lui échappe depuis trop longtemps, même si c'est au prix d'années de disette ensuite.
Je pense pas que ce soit un précédent mais plutôt la prise en compte de faits passés et très récents.

1. La saisine du CNOSF a donné quoi pour Tours ?
Le conciliateur, à l’examen du dossier, (...) la rétrogradation de 3 divisions constituait une sanction disproportionnée par rapport à la gravité des faits reprochés au club de Tours, relevant de fautes de gestion et non pas de malversations ou d’une gestion frauduleuse, le conciliateur du CNOSF a proposé que l’équipe tourangelle évolue cette saison en Division 2.
Fautes de gestion, idem pour Briançon donc la rétrogradation en D3 aurait donné la même conciliation. On a évité une perte de temps devant le CNOSF.

2. Concernant l'interdiction de participation du club de Metz aux play offs, quelle était le titre du communiqué lors du rendu du jugement du tribunal de Strasbourg ?
QUAND LA JUSTICE BOUSCULE L’APPLICATION DES REGLEMENTS FEDERAUX
Je l'avais dit dans un précédent message, et c'est pas pour rien : vu qu'un tribunal administratif "donnera raison au club parce que les tribunaux administratifs jugent sur des procédures et des critères non-sportifs, et se font un malin plaisir de dynamiter des textes qu'ils ne reconnaissent pas comme des textes de loi = les règlements des fédérations sportives".
Il faut savoir analyser et garder les infos en mémoire (pour imaginer l'issue d'un évènement). Et éviter de se faire bananer devant un tribunal...

3. Concernant l'attente de la réponse sur la validation de Briançon en Ligue Magnus :
A AUCUN moment on ne pouvait imaginer une autre issue. Briançon est le seul club français a avoir créé une SEM. Si une SEM est une forme de société (le statut des SEM est inscrit dans le code général des collectivités territoriales et dans le code du commerce pour les dispositions relatives aux sociétés anonymes), 80% des capitaux sont détenues par une collectivité (= une administration publique) qui ne sera jamais en situation de DCP (déclaration de cessation de paiement) comme évoqué par une autre personne. Même s'il faut augmenter les impôts locaux de 500%, et même s'il s'agit de Briançon (qui a déjà donné dans l'actualité de ville très endettée), la collectivité devra recouvrir la dette. [C'est certainement le tour de passe passe qu'espérait le nouveau Maire avec ce montage de SASP pour se débarrasser du club de hockey, et qui, certainement vexé de pouvoir le faire dès 2010, a sorti son piètre argument du coup monté !].

Le travail de la CNSCG est de contrôler l'état des finances des clubs, et de les accompagner pour résoudre les problèmes de déficit. Si les collectivités sont derrière pour apporter les garanties financières et sur la continuité des activités, il n'y avait aucune autre issue possible : on se doutait bien que les collectivités se mobiliseraient étant donné qu'au moins une est liée dans la société (= la SEM), et qu'elle ne peut pas s'en débarrasser comme ça (ni du déficit et des créances). Si les conditions (pour être validé) sont respectées et si les garanties (par les collectivités en premier lieu) sont apportées, la validation est logique. Sinon ça finit devant les tribunaux dont on sait sur quoi ils fondent leurs jugements : les lois, la recherche de malversations etc, mais certainement pas sur les règlements fédéraux et les considérations sportives : ils s'en balancent !

4. Concernant les sanctions, c'est une autre histoire, mais les clubs qui ont reçu des pénalités de points, c'était quand des déficits ont été cachés ou déclarés ultérieurement.

5. Ce qui aurait été un précédent, c'est que la CNSCG / FFHG accepte cette nouvelle société SASP dans l'état actuel des choses. Mais l'équité financière a été de mise : t'as des dettes, tu les assumes, pas de bidouillage et point final. Maintenant c'est au club et à la collectivité d'assumer : déficit à combler et poursuite de l'activité du club.
emm*rdeur depuis 1975
Il faut 3 ans pour apprendre à parler, et toute une vie pour apprendre à se taire.
Bovi
Junior
Junior
Messages : 1666
Enregistré le : 18 avr. 2004, 09:51
Localisation : BzH

Message non lu

misterduc a écrit : 4. Concernant les sanctions, c'est une autre histoire, mais les clubs qui ont reçu des pénalités de points, c'était quand des déficits ont été cachés ou déclarés ultérieurement.
Pour moi on est bien dans ce cas précis. Un trou de 400k€, ça n'apparaît pas en une saison. Il est issu en grande partie de cette société bidon qui servait à payer les joueurs et contourner les règlements sur la masse salariale. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas comment un club sportif peut se retrouver à éponger la dette d'une société fantôme. Même président, mêmes "employés" mais ça reste bien 2 entités distinctes.
Avatar du membre
Sampang
Junior
Junior
Messages : 1631
Enregistré le : 28 déc. 2004, 21:30

Message non lu

La seule vraie réponse, implacable, c'est descente en D3 avec interdiction de rejoindre le moindre échelon supérieur pendant 3 à 5 ans. Je crois que cela en calmerait plus d'un, et cela ne défavoriserait pas les clubs de cette D3 jouant la montée.

Certes, cette solution ne permet pas de combler sa dette, et chaque club de hockey qui laisse une ardoise décrédibilise le sport. Pour autant, si la patinoire de Briançon se vide du fait d'une équipe qui peine à jouer le milieu de tableau, je doute que la dette puisse être comblée, quels que soient les plans qui ont été concoctés.
L’Île Lacroix est plus qu'une patinoire. C'est une enceinte, car, les années sans fausses couches, 9 mois après chaque début de saison, elle accouche d'un titre.
Répondre